Accueil Montpellier Ecusson | Tous les blogs de Montpellier | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


27/06/2012

Philippe Aïni expose à la boutique galerie Rue Privée

image.jpg

17:15 Publié dans Peinture | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

24/06/2012

Noël Martinez donne une autre vie aux bergères et voltaires

007.JPG

Un tapissier sur meubles n’est pas un rempailleur. Ce dernier habille des fauteuils, des canapés, des chaises et leur redonne une seconde vie. Noël Martinez, exerce ce métier depuis plus de cinquante ans. Il a appris les rudiments chez un artisan.

A ses débuts, il recouvrait aussi des matelas, des sommiers et réalisait des rideaux mais après un problème de santé, il a dû arrêter.

 « Quand j’ai eu quatorze ans, mon père m’a dit qu’il fallait que j’apprenne un métier. Un tapissier avait besoin d’un apprenti, c’est comme cela que j’ai débuté mais ce n’était pas vraiment une envie de ma part. » confie Noël Martinez.

Dans son atelier situé rue des Multipliants, se côtoient le matériel pour l’embellissement comprenant une machine à coudre, une agrafeuse et une cardeuse (utilisée pour passer la laine) mais aussi  des meubles d’époque comme des bergères, des fauteuils Louis XVI, d’Empire, des Voltaires et des chaises de style Louis XV qui attendent patiemment leur bain de jouvence.

La première étape est le dégarnissage, il consiste à enlever l’ancien tissu, les ressorts, les sangles et les crins. Selon l’état du siège, il part chez l’ébéniste se faire un lifting.

Marteau à la main et semences (petits clous) dans la bouche, Noël commence la restauration. Il regarnit, remet les ressorts, les sangles et les crins et enfin le tissu, le cuir, le velours, la toile de lin...

« De nos jours, le recouvrement se diversifie avec des matières nouvelles notamment du skaï. » ajoute le tapissier.

La finition s’achève avec des clous et des galons qui cachent et donnent de l’allure à l’habillage. Ce travail varie entre dix et vingt-cinq heures.

 

Tapissier sur meubles

11 rue des Multipliants

04.67.66.36.56

22/06/2012

Nouvelle série de tableaux de Pierre Romain Lanvin

928453387[1].jpgCe soir, au Crowne Plaza, le peintre montpelliérain Pierre-Romain Lanvin dévoilera sa nouvelle série de toiles intitulée « Les lumières du Languedoc Roussillon à New York ».

Jouant toujours du couteau avec ses couleurs fétiches notamment le bleu Prusse, bleu acier avec quelques touches de turquoise sans oublier le jaune et la feuille d’or.

Il mêle des parallèles architecturaux comme un pont romain avec celui de Brooklyn, la flèche du building Chrysler et le clocher de Sainte Anne, ou des hommes célèbres tels que Georges Washington à Louis XIV mais aussi la place de la Chapelle Neuve à l’avenue de Broadway.

A découvrir dès 18h30 et jusqu’à dimanche.

 

Crowne Plaza

190 route d’Agencourt

 

12:26 Publié dans Vernissage | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

20/06/2012

La place de La Canourgue dédiée aux arts

037.JPGC’est sous un soleil généreux que s’est déroulée samedi, la cinquième édition de place aux Arts. La particularité de cette année était la centralisation des artistes et sculpteurs sur la place de la Canourgue.

Cette articulation a permis aux visiteurs et amateurs d’art de profiter pleinement des œuvres de métal, de bois, de terre, de verre ou encore de matériaux recyclés mais aussi des  toiles passant du figuratif, à l’abstrait, au collage sans oublier l’huile.

008.JPG« Pour cette manifestation, nous avons des invités d’honneur notamment Madeleine Moulinier et Sergio, venus de Sète. Ce couple de peintre et de sculpteur ont choisi d’exposer des grands formats.  Je suis très satisfaite du déroulement et du succès de cette journée. » se félicite Florence Combet, organisatrice et présidente de l’association Clap’arts.

Toujours sous le signe de la solidarité, les bénéfices de la tombola ont été reversés à l’association Rire pour venir en aide aux enfants hospitalisés. Le tirage au sort a désigné un heureux gagnant qui est reparti avec l’œuvre de son choix.

 

18/06/2012

Un atelier Louche qui initie le modiste

004.JPG

Contrairement au chapelier qui vend les chapeaux, la tâche du modiste est plus complexe car il doit le confectionner avec ses mains mais aussi « du chapeau. »

Muni de son moule en bois ou à clef, il compose avec les différentes tailles, qu’elles soient toutes en rondeurs, ovales ou bien en forme d’œuf. Jouant avec les matières comme le feutre, la laine, la fourrure, le poil de lapin et de la paille. Il assemble le tout à l’aide d’un fil de laiton ou le pique à la machine. Il utilise également la « marotte » (poupée) pour la décoration avec des plumes, des voilettes et bien d’autres accessoires. La finition est le repassage avec un fer en fonte.

Ce savoir-faire Geneviève Ramelli le possède depuis vingt cinq ans. Originaire de Nancy, elle découvre et apprend le métier aux côtés de Mme Cart pour l’utilisation du matériel et de Mme Cousinier pour les techniques.

« A l’époque il n’existait pas d’école ni de formation pour apprendre ce métier. Plus jeune, ma mère m’avait initiée à la couture. Ma première collection est nancéenne mais comme là-bas il pleut tout le temps, ce n’était que des chapeaux de pluie, certes originaux mais déjà avec ma touche perso » s’amuse Geneviève.

Dans son atelier de la rue  Four des flammes, elle est rejointe par Sandra Ghiselli qui a suivi un parcours plus scolaire avec notamment l’apprentissage des techniques. La jeune femme est diplômée, couturière habilleuse, costumière, vêtements sur tailleur sans oublier son CAP de modiste.

« C’est en cherchant un stage que Geneviève m’a donné ma chance. Elle m’a encouragée dans cette démarche d’artisanat et à vivre de ce savoir-faire. Elle m’apprit le sens de l’esthétique qui permet de proposer suivant la personnalité de chacun, le modèle qui lui correspond » confie-t-elle.

Depuis 2005, elles ont créé l’association Louche dans le but de transmettre leurs compétences et savoir-faire, au plus grand nombre par le biais de stage individuel ou en groupe, de les initier aux techniques, au perfectionnement du métier de modiste.

 

Ouvert jeudi, vendredi, samedi de 10h30 à 13h et de 15h à 18h.

 

Atelier Louche

3 rue Four des flammes

04.67.60.79.06

louche34@yahoo.fr 

17/06/2012

Rue de la Loge, la chapellerie Alfred est incontournable

008.JPG

Enraciné dans sa boutique, Guy Benyoumoff n’en décolle pas. Agglutiné à son comptoir, c’est sa femme Danielle qui vient assurer la relève.

« Je viens le remplacer quelques après-midi, pour qu’il sorte ! » s’exclame-t-elle.

La chapellerie Alfred est une adresse incontournable de la rue de la Loge et ça depuis une soixantaine d’années.

A la naissance de Guy en 1931, Henry son père ouvre la chapellerie, à laquelle il donnera le nom de son frère Alfred, tombé au champ d’honneur pendant la Première Guerre.

« Avec ma mère, nous étions restés à Marseille pendant que mon père s’installait ici » précise Guy.

Cette famille originaire des Bouches-du-Rhône possédait une usine de casquette, trois chapelleries et des commerces.

Guy fait ses premiers pas de vendeur en 1945 dans le magasin familial puis retourne pendant un an à Marseille pour travailler chez un réparateur de chapeau.

Entre 1950 et 1955, l’entreprise se porte bien mais commence à décliner dans les années 60 et le chapeau revient à la mode dans les seventies.

Quand il ne fait pas sa comptabilité, ce vendeur expérimenté renseigne avec passion l’acheteur, en proposant le modèle qui s’adapte le mieux à sa physionomie.

Ce magasin semble figé dans le temps, avec ses rayonnages d’origine, son comptoir, ses vitrines comprenant boîtes à chapeaux, bérets basques, chapeaux classiques, casquettes, n’ont pris aucune ride. Sauf que maintenant, ils ne proviennent plus du savoir-faire familial. La fabrication se déroule désormais en Allemagne ou encore en Italie. Malgré tout, ces modèles ont su traverser plusieurs générations.

« Je n’ai rien voulu changer dans ma boutique car elle est imprégnée de l’âme de mon père. » conclut-il.

 

Chapellerie Alfred

9 rue de la Loge

04.67.66.08.30

15/06/2012

Cinquième édition de Place aux Arts

DSC_8927B.JPGAu cœur de ville de Montpellier, la Place de la Canourgue accueillera le samedi

16 juin de 10 à 19h, la cinquième édition de « Places aux Arts ». Une cinquantaine de peintres, plasticiens, sculpteurs venus de toute la région investiront ce lieu du centre historique pour le transformer en galerie éphémère.

Déjà reconnus ou en passe de l’être, ces artistes talentueux seront présents pour une rencontre avec le public empreinte de convivialité. Divers courants artistiques y seront représentés du figuratif à l’abstraction, différentes techniques de l’huile au collage en passant par l’acrylique, le pastel et l’aquarelle, la gravure ou la peinture numérique, métal, bois, terre, verre, résine pour les sculptures.

Le public trouvera ainsi parmi toutes ces expressions celle qui lui apportera l’émotion recherchée. Comme chaque année une tombola permettra à l’heureux gagnant de repartir avec l’œuvre de son choix, parmi celles proposées. Les bénéfices de cette tombola seront intégralement reversés à l’Association « Rire – Clowns pour enfants hospitalisés » œuvrant sur Sète et Montpellier.  Quant aux artistes en herbe, ils pourront s'exprimer dans un atelier prévu pour eux.

 

Entrée Libre

Contact :

Clap’Arts 06 12 23 26 28

claparts@gmail.com

http://claparts.unblog.fr