Accueil Montpellier Ecusson | Tous les blogs de Montpellier | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


30/11/2013

Charlotte Quentin : le trait tout en finesse

010.JPG

Charlotte n’aimait pas l’école. En revanche, elle adorait les cours d’arts plastiques du samedi matin.

« J’ai toujours dessiné mais je n’avais pas de techniques. Je faisais ce que je pouvais, » souligne Charlotte Quentin.

Son bac en poche, la jeune femme décide d’approfondir son talent naissant en se dirigeant vers une haute école d’Art en Belgique.

Durant trois années passées à Saint-Luc, elle apprend différents procédés comme la gravure, l’animation, l’infographie, la sémiologie graphique (apprentissage du décryptage d’image) sans oublier la peinture, l’aquarelle et l’encre.

« L’école m’a appris toutes ces méthodes néanmoins on nous dirigeait plus vers l’illustration jeunesse et publicitaire mais cela ne correspondait pas à mes envies. J’avais déjà mon univers. Il m’a fallu cinq ans pour trouver mon écriture graphique, » ajoute la jeune femme.

Elle a toujours préféré le trait au remplissage de couleur. En rencontrant un artiste parisien qui dessine au rotring, Charlotte fût interpellée par le rendu de ces compositions. La particularité du rotring est la finesse du trait et de l’intensité de l’encre de chine. Ce dernier étant capricieux, il ne s’utilise pas sur n’importe quel papier.

« Il s’utilise généralement sur du papier technique à la propriété d’être très lisse et très blanc. Pour réaliser mes dessins, j’ai choisi trois sortes de papiers, le papier couché (lisse), le papier bible (de couleur beige) et enfin le papier de calligraphie japonaise qui me permets de travailler le lavis, » précise t’elle.

La finesse de son trait dans ses réalisations a permis à Léokadie (son pseudonyme) de tracer son chemin dans différents lieux d’expositions notamment chez Mary Cherry (1 rue de l’Université) et chez Cubik (6 rue des Tessiers) où l’on peut admirer son travail.

« Léokadie est mon deuxième prénom, c’est d’origine polonaise. Cela reflète bien ma sensibilité et mon âme slave ».

www.leokadie.com

28/11/2013

La royauté capétienne et le Midi au temps de Guillaume de Nogaret vendredi 29 novembre centre Saint Charles

Affiche colloque 2013 .jpg

Vernissage d'hiver vendredi 29 novembre chez Cubik

vernissage_hiver2013 - Copie - Copie.jpg

23/11/2013

La chaleur du Mexique à La Chilanga

012.JPG

« La France était mon rêve ! La seule manière dont je peux l’expliquer, c’est que dans une autre vie, j’étais française, » souligne Brenda.

Brenda Guarneros, la trentaine, a quitté le Mexique il y a trois ans pour venir s’installer chez nous. Diplômée en sciences politiques, elle poursuit son cursus universitaire en master défense.

« J’étais fatiguée de la vie pesante que je menais à Mexico, j’avais envie d’autre chose ».

Au cours d’une soirée dans son bar préféré de Mexico, elle s’amuse derrière le zinc à assurer le service. Cette expérience fut une révélation pour la jeune femme.

Le 14 septembre dernier, jour de la fête nationale mexicaine, elle ouvre rue de la Fontaine sa « cantina » La Chilanga (anciennement L’écrin d’Anaïs). Chilanga est un surnom donné pour qualifier les habitants de Mexico par les provinciaux. Brenda y apporte ses recettes de grand-mère, les saveurs et la chaleur de là-bas dans ses menus traditionnels.

« Ca me fait plaisir de faire découvrir ma culture d’une autre façon. Eh, oui au Mexique, il n’y a pas que la téquila ! » conclut-elle.

 

Ouvert du mardi au samedi de 19h30 à 1h et le dimanche de 14h à 20h.

 

La Chilanga

15 rue de la Fontaine

04.99.66.27.19

21/11/2013

Ca bouge rue de la Fontaine, ce samedi dès 18h

STREET PARTY.jpg

18/11/2013

Une soirée entre bons mots et poésie

Jean Joubert.jpg

Le comité de quartier Saint-Roch sous la houlette de son président Jean-Marie Quiesse organise le jeudi 21 novembre une soirée littéraire et poétique de 19h30 à 21h30, salle Pétrarque.

Ariane Loeb lira quelques lectures personnelles, puis la parole sera donnée à l’écrivain et poète Jean Joubert.

Entrée libre

Réservation très conseillée (mais non obligatoire)

au 07 50 31 95 59 ou sur http://stroch-ecusson.jimdo.com/

16/11/2013

Au Bon vélo s'emploie à mettre de l'huile dans les dérailleurs

001.JPG

Ce n’est pas par hasard si Antoine Serny est devenu réparateur de vélo à plein temps. Pendant plusieurs années, le jeune homme pratique énormément le VTT dans les Pyrénées Ariégeoises. Il effectue également des petits boulots dans des ateliers de réparation.

« J’en ai démonté et remonté des garde-boue, des cadres, des guidons, des pédales, des dérailleurs, des roues et des chaînes, je me suis sali les mains dans le cambouis. Cette mécanique m’a toujours intéressé. J’ai une préférence pour les vélos des années 60 et 80, » souligne Antoine.

Dans son magasin de la rue Saint Guilhem, une dizaine de bicyclettes Gitane, Motobécane, Mercier et Peugeot rappellent le fleuron de l’industrie du vélo à la française. Elles se côtoient en attendant leurs restaurations sous les regards de grands champions tels qu’Eddy Merckx, Raymond Poulidor, Laurent Fignon et bien d’autres.

« Ces petites reines, je les restaure avec des pièces d’origine, ces vélos trentenaire sont increvables mais pour qu’ils durent, il faut les entretenir, » précise Antoine.

 

Ouvert du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h30 à 19h.

 

Au bon vélo

35 rue Saint Guilhem

04.67.58.69.39

 

www.aubonvelo.com