Accueil Montpellier Ecusson | Tous les blogs de Montpellier | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


11/11/2016

La sublimation de l’usure jusqu’à l’art

IMG_3497.JPGA dix ans, Inès Alexandre découvrait son talent pour le dessin. Elle savait déjà que sa voie serait dans l’Art.

Dès le lycée, elle se spécialise dans les arts appliqués et trace son chemin vers un diplôme national des arts plastiques (DNAP) option design et s’oriente naturellement vers une licence. Elle se forme également dans la restauration d’œuvres peintes.

« J’ai restauré des toiles fil par fil. Je rentrais dans l’univers de la peinture et sa réaction physique à l’environnement, » explique la jeune artiste.

Désireuse de faire du volontariat, elle rejoint un théâtre en Palestine où elle confectionne des marionnettes géantes pour la déambulation de rue.

« De pas grand-chose, on peut faire beaucoup. Pour réaliser ces gigantesques pantins, nous avions besoin de bouteilles plastiques, nous les écrasions, les sculptions et enfin nous les enveloppions dans du papier journal pour les peindre. Il fallait donner l’apparence du vivant à travers la matière, » souligne Inès.

De cette expérience germe l’idée de persévérer dans ce domaine. Son support d’expression serait le carton et ainsi de mettre en valeur ses propriétés techniques.

Munie de sa mallette en métal qui renferme spatules, pinces de précision et scalpels, son matériel de base pour ses compositions aquatiques.

Inès a une préférence pour le carton d’épaisseur moyenne pour créer ses thématiques inchangées. Elle dispose aussi d’une bibliothèque  organique composée de motifs comprenant des algues, méduses et poissons, dans laquelle elle pioche pour la disposition des éléments. Son travail se positionne sur différents plans adéquats et la recherche de la perspective d’un plan unique, celui du cadre. L’effet est amplifié par la multiplication de ces plans créant une profondeur marine. Pour peaufiner le tout, elle y ajoute sa touche de bleu. Cette dernière contraste avec la chaleur du carton. Les détails sont soulignés par une note de blanc.

Son exposition est à découvrir jusqu’au 28 novembre au Fairview Coffee (6 rue Loys).

Inès est aussi présente à l’atelier Interférence, elle y propose des stages d’art et environnement intitulés «  20 mille lieues sous les mers » destinés aux enfants.

 

Contact :

m.foglie@gmail.com

http://alexandreines.wix.com/portfolio

 

Les commentaires sont fermés.