Accueil Montpellier Ecusson | Tous les blogs de Montpellier | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


20/03/2011

L'art de mettre les aliments en verrine

cuisine en verrine, alimentation

Playfood, est le terrain de jeu favori de Jean Daniel Robert, il aime s’amuser avec les aliments, les saveurs, au travers de ses compositions culinaires que l’ont retrouvent nulle part ailleurs. Chez lui, rien n’est servi sur assiette mais en verrine, c’est sa marque de fabrique.

« Je suis venu à la verrine pour inciter certains de nos sens, notamment la vue, l’odorat et le toucher. On ne mange pas essentiellement avec l’estomac mais aussi avec les yeux. Par exemple, un hachis parmentier sur assiette n’a pas le même aspect  qu’en verrine, il devient plus attractif, plus ludique, c’est le déguster un peu comme dans une dinette » précise-t-il.

Fils de restaurateurs, Jean Daniel ne se destinait pas à la cuisine. Il a étudié l’architecture intérieure. Son savoir dans ce domaine, lui a permis de créer ce petit resto sympa où le design global est pensé pour mettre en valeur ses créations de verre. Ces dernières sont la touche indispensable, elles apportent les nuances colorées dans ce lieu aux tons neutres et naturels.

Sa carte propose un choix d’une quinzaine de verrines avec des lentilles de corail au lait de coco et crevettes, poulet à la cacahuète, boudin à la banane et spéculos, fondue de poireaux et bien d’autres recettes qu’il agrémente avec la complicité de sa clientèle.

Pour un repas, il faut compter environ six verrines de l’entrée au dessert. Pour le transport, le chef a prévu une « playbox » dans laquelle, on  peut en disposer huit.

Ouvert du lundi au mercredi de 12h à 19h30 et le jeudi et le vendredi de 12h à 22h30.

 Playfood

16 boulevard Louis Blanc

04.34.22.61.52

miam@playfood.fr

www.playfood.fr

10/03/2011

Un triporteur pour nourriture anglaise

produits anglais,  épicerie, alimentation

Léo Parent-Jung ne passe pas inaperçu sur son triporteur customisé avec les drapeaux américain et anglais. Il sillonne la ville en moins de deux heures pour livrer  sa marchandise sur Montpellier et garantit sous 24h, une livraison dans l’agglomération 7j/7 entre 10h et 19h. Sa devise : gagner du temps.

« Le triporteur est un bon outil de communication. En plus, il est économique, silencieux et je vais plus vite qu’en voiture. C’est un geste écolo et, physiquement, ça  m’entretient aussi » ajoute le coursier.

Son site internet (marchand) Eat-English, fournit plus de  350 produits d’alimentation exclusivement anglophones avec des marques comme les biscuits Fox’s, les jus fruits Robinsons, les chips Mc Coys et bien d’autres encore. Il gère les commandes, la logistique et les livraisons.

Ce jeune homme se passionne depuis toujours pour la culture outre-Atlantique et pratique le football américain, le skateboard sans oublier la musique. Il est diplômé également dans le commerce. En associant ses deux passions, Léo a eu cette idée originale et il devenu chef d’entreprise.

« Je me suis mis dans la peau d’un étudiant loin de chez lui. J’aimerais retrouver des produits, des saveurs voire même des emballages qui me rappellent d’où je viens, c’est une sorte de nostalgie. »

 

Eat English

06.28.04.63.54 - (commandes par téléphone)

www.eat-english.com

contact@eat-english.com

 code promotionnel MID-10

27/02/2011

Bagel house, snack américain très fifties

014.JPG

Après un coffee shop anglais, la rue Loys se tourne cette fois, vers les Etats-Unis avec sa nouvelle enseigne Bagel house.

Issu des deux cultures, avec une mère américaine et un père français, Patrick Massol voulait retrouver un peu des « States » où il a vécu une bonne partie de sa vie.

Dans ce fast-food, on retrouve une ambiance « fifties dinner ». La déco du snack reste dans l’esprit typiquement américain. C’est un clin d’œil à la Californie, les photos du Golden Gate, des « Cable car » (tramways) affichées sur les murs rouges sans oublier les pin-up nous transportent à San Francisco.

« Ca m’a pris quatre ans, pour monter ce projet. Au départ, je le voulais pour moi seul, j’avais envie retrouver des produits de là-bas que l’on ne consomme pas ici. » s’amuse t’il.

La carte non plus n’échappe pas à la règle américaine.  Les bagels portent des appellations d’équipes sportives californiennes, comme les Lakers, les Kings, ou encore les Raiders, les hot-dogs  ont des noms de grandes universités et des rues pour les wraps.

Tout est fait à la minute, aucune préparation, sauf les sandwichs. Les pains sont       100 % en fibres végétales, sans graisse ajoutée, sans colorants, sans conservateurs et ni d’OGM. Tout vient de là-bas même les sodas dont le Dr Pepper avec son goût caramélisé avec une touche de vanille.

Ouvert les lundis, mardis, mercredis et samedis de 10h à 19h et les jeudis et vendredis de 10h à 22h.

 snack,bagels,fast food

Bagel House

6 rue Loys

04.67.67.07.02

09/02/2011

Fairview, un coffee shop très "brithish" et cupcakes colorés près de la Comédie

coffee shop, salon de thé

Fairview, n’est pas la ville de la célèbre série américaine où il y  a des femmes désespérées. Au contraire, Fairview est un charmant coffee shop qui se trouve à deux pas de Comédie. L’endroit est convivial, familial, multi générationnel. Take a break, relax, and feel at Home.

Les deux associés, Sylvain Puyau, Sétois et Adam Barwell Britannique, proposent une carte très « british » avec des cupcakes très colorés,  acidulés à la  vanille,  au chocolat et bientôt à la carotte. Sans oublier les  cookies, muffins et pancakes au sirop d’érable, en vente tous les matins. Toutes ces pâtisseries anglaises  sont  préparées « in the kitchen » par Adam of course.

La partie « drink » est gérée par Sylvain, fraîchement diplômé de l'Association Européenne de Café et de Spécialités Barista, de Barcelone. Formé dans cette école, il a suivi des cours sur l’histoire du café, avec ses diverses origines et ses différentes techniques d’extraction et de torréfaction. Il est devenu un pro des 4 M (moulin, mouture, main et machine) pour servir un café de goût et d’arôme. Dans ce coffee shop, le thé se veut tout aussi original. On ne le sert pas en sachet mais en feuille, il se décline en douze variétés. Ces dernières ont été sélectionnées par Jane Pettigrew, la prêtresse du thé outre-Manche.

« Chaque thé a une température et un temps d’infusion qui lui est propre. » précise le spécialiste.

Fairview, c’est vingt-quatre places en salle et seize en terrasse. C’est sur place ou à emporter et/ou  sur commande. Ouvert du mardi au jeudi de 8h à 19h non stop, le vendredi de 8h à 20h, le samedi de 10h à 20h et le dimanche de 10h30 à 16h30 pour le breakfast ou le brunch.

Fairview

6 rue Loys

09.52.98.88.24

www.fairview-coffee.com/ (blog)

contact@fairview-coffee.com

22/01/2011

L’épicerie fine à l’anglaise de Chuck et Judi

011.JPG

Chuck et Judi Fowler, originaires de Silicon Valley en Californie, sont venus en Europe pour des raisons professionnelles. Ces deux ingénieurs en électronique ont été licenciés, mais Chuck ne voulait pas rentrer aux Etats-Unis.

« Mon mari voulait apprendre le français, nous sommes installés en France depuis onze ans », ajoute Judi.

Le couple décide de se lancer dans le commerce. Leur concept, ouvrir une épicerie fine qui fournit des produits exclusivement anglais. Ils étaient à la recherche d’une ville progressive et dynamique. Leur choix s’oriente vers Montpellier, où résident beaucoup d’anglophones ainsi que des étudiants américains et australiens.

« Il y avait une demande importante, nous avons proposé de nous lister par mail les produits que les gens désiraient et qu’ils ne trouvaient pas en France. Notre job a été de chercher des fournisseurs et un local. Nous voulions être dans le centre ville...», précise Judi.

L’épicerie fine English Corner Shop, située au coin de la rue du Four des Flammes, a ouvert ses portes en octobre dernier. Du mardi au samedi de 13h à 19h, ce « food-shop » accueille les « shoppers » qui peuvent ainsi garnir leur traditionnel sac de papier kraft recyclable, en farine, sucre, crèmes, marshmallows, biscuits, sans oublier le bacon et les saucisses… On y trouve également pour les végétariens une gamme de surgelés de Linda McCartney. A noter que les eaux minérales sont bien de chez nous, c’est la seule exception. Of course !

English Corner Shop

12, rue du Four des Flammes

06.21.31.59.71

english.cornershop@me.com

www.englishcornershop.fr

24/11/2010

Wayaco : la détente assurée dans un hamac

014.JPG

Dès que l'on franchit le seuil du magasin Wayaco, on se dit qu'il ne manque plus que du sable. Cette boutique atypique a ouvert ses portes l'été dernier, rue de l'Aiguillerie. Et pour cause, Santiago Gil et David Jordan d'anciens commerciaux dans une grosse boîte d'informatique, sont devenus en quelques mois, de véritables spécialistes dans le domaine du hamac.

« En Espagne, ça marche très bien, nous voulons révolutionner la culture du hamac en Europe. Notre projet est de familiariser les gens avec les hamacs d'extérieur, mais aussi avec des hamacs d'intérieur. Afin de se créer chez soi, un endroit de bien être, de détente, un petit coin exotique. » expliquent'ils

Passant du traditionnel hamac noué à deux arbres, leur gamme est très moderne et très évoluée en proposant des hamacs pour bébés, balancelles, chaises (hamac individuel) aux de tons chauds et colorés.

L'objectif de ces espagnols bienveillants, c'est de trouver une solution définitive à nos problèmes de stress. Ces deux professionnels sont là pour vous conseiller et vous aider dans l'installation : « Dans le hamac, on se pose et se repose...relax. », comme ils le disent si bien.

 

Wayaco

58-60 rue de l'Aiguillerie

04.67.54.09.72

info@wayaco.com  - www.wayaco.com

16/10/2010

Marie-Laure ressuscite les livres anciens

023.JPG

Le quartier de la Canourgue,  déjà bien connu pour ses boutiques d'antiquaires vient d'élargir ses compétences avec l'atelier du Livre, magasin de reliure spécialisé dans la restauration. Si vous possédez d'anciens ouvrages qui ont besoin de faire peau neuve. Marie-Laure Brouillard pourra leur redonner leur aspect d'hier.

« En reliure, on peut se permettre de créer, d'innover par la fantaisie par contre en restauration, on se doit de respecter des règles établies par les Archives de France et la bibliothèque nationale. Le travail de restaurateur est de conserver un maximum d'éléments et de techniques d'origine.  Il faut maîtriser les  procédés autrefois pour les restaurer à l'identique. C'est toute la différence entre ces deux métiers » précise Marie-Laure

Le matériel utilisé pour la restauration rappelle celui du chirurgien. Scalpel, aiguille (pour le cousoir), le restaurateur greffe aussi mais uniquement le papier. Utilisation de matériaux à PH neutre pour ne pas entamer l'acidité du livre.

Pour procéder à l'opération, plusieurs étapes sont nécessaires. Il faut d'abord le paginer ou le folioter (action de numérotation des pages). Nettoyer l'ouvrage, cirer le cuir pour qu'il retrouve sa souplesse d'antan. Réparer le papier si celui-ci est endommagé car les colles utilisées jadis contenaient de la farine qui étaient rongées par les insectes. La couture de l'ouvrage  (les coutures des livres du XVIIIe siècle ne sont pas les mêmes qu'au XIVe). Restaurer et accrocher les plats, ils  sont la partie rigide qui enveloppe les feuillets. Enfin, on termine par la couvrure avec un comblage des lacunes.

Son envie est aussi de transmettre, de partager au travers de différents stages et rencontres dans le but d'échanger toutes les compétences que l'on retrouve autour du livre.

 

 

L'atelier du Livre

4 rue Jean Jacques Rousseau

04 67 86 45 95

brouillardml@free.fr

12:20 Publié dans Nouveaux commerces | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : reliure |  Facebook | |