Accueil Montpellier Ecusson | Tous les blogs de Montpellier | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


06/01/2011

Atelier dessin

La boutique créative Dalbe présente pour les mois de janvier et février différents stages ouvert à un public adolescent à partir de 12 ans et adulte.

Laurent Bru dessinateur du célèbre Titeuf proposera le samedi 8 janvier de 10h à 13h, un  atelier dessin seulement pour 6 personnes et sur réservation, il ne reste que 2 places à pourvoir. (forfait 35 €).

Une démonstration gratuite de Powertex rigidifiant pour tissus sera animée par David Brun les samedis 8 et 15 janvier de 14h à 18h. (forfait 50 € matériels fournis).

Les ateliers d’aquarelle de Nathalie Andrieu auront lieu le lundi 10 janvier de 13h à 16h avec des techniques de lavis et le lundi 24 janvier, sur le thème des « petits animaux ». (forfait 30 € et 50€ avec le matériel)

Un stage de Fimo est également prévu toujours sous la houlette de Nathalie Andrieu les samedis 29 janvier et le 5 février. (forfait 40 €).

Boutique Dalbe

16 rue des Etuves

04 67 60 99 31

08/09/2010

L’envers du décor révélé par les photos de Vincent

029.JPG

Pour sa première exposition en solo à la galerie St Ravy (du 22 octobre au 1ER novembre dernier), Vincent Betbeze interpelle. Son œuvre « Engramme (n.m) » (trace mémorielle enregistrée par le cerveau) sous forme d'installation en trois dimensions,  n'a pas laissé le visiteur indifférent. Lieux en friches, délabrés, bâtisses en ruines ou déshumanisées sont les vestiges d'une mémoire oubliée exploiter sur tous les angles par ce photographe plasticien.

« Ces endroits parlent à tout le monde. Il y a des souvenirs d'enfants mais ces lieux génèrent aussi un imaginaire dense. Ils évoquent un passé révolu, laisser sans vie. Plusieurs éléments réels recomposés en une image comme celle des rêves et les souvenirs écran dans le fantasme de la réalité. » souligne le plasticien

Étudiant en 5ème année aux Beaux Arts, ce touche à tout a recherché sa propre réalisation. Au travers de différents moyens d'expression en passant de la peinture, la musique, le dessin et la photo. Son œil photographique zoom sur les perspectives, les ouvertures, hors champs, hors cadre. Tout ce trouve dans la subtilité de l'image fondue  sur différents formats.

« Je fais ressortir des couleurs, j'accentue le côté temporel du lieu en y ajoutant du pigment. Pour que la restitution reste en mouvement et non figée. Références cinématographiques, cadrages, mises en scènes. Avec sa narration anachronique,  sa propre interprétation ».ajoute t'il

Son inspiration, il l'exploite en marge de la réalité  objective toujours sous la forme de l'envers du côté non révélé, sorte de positif/négatif, façon dualité.

«  Je  cherche à m'éloigner d'une réalité objective »  Un peu comme les pictorialistes des années 20 au balbutiement de l'apparition de la photographie. 

Sous son air de titi parisien, ce gavroche n'en est pas à son premier coup d'essai.

« J'ai déjà fais des essais avec d'autres artistes. A la Panacée lors de la 1ère pierre, au bar l'Imparfait de Pau et dans quelques autres. Mais celle-ci c'est ma première exposition avec ses avantages et inconvénients. Mais l'important ce sont  les rencontres avec d'autres artistes, les amateurs de mon art intimiste mais aussi les visiteurs. C'est très enrichissant.»  A renouveler.

 

Contact : 06.75.68.73.72  ou mail vincent.betbeze@gmail.fr

 

Cet article est paru dans Midi Libre le 17 décembre 2009

01/03/2010

Cours de dessins mangas à la librairie Iko Ku

020.JPG

Le terme « manga » est issu de deux idéogrammes chinois le « Man » et le « Ga » associés, ils signifient « images dérisoires qui se lit chaque jour, sorte de quotidien ». Il fut employé en 1814 en hommage au peintre, dessinateur et graveur japonais Katsushika Hokusaï (1760-1849) que l'on surnommait  à l'époque « Vieux  fou de la peinture ». Quelques siècles plus tard, son art, est devenu un vrai engouement chez les ados, friands de ces bandes dessinées monochromes.

« Nous sommes tous des passionnés de ces bd japonaises, elles sont plus dynamiques et dans cet univers l'esprit asiatique y est plus prononcé. A la différence des autres BD. » confient Carla, Marine, Anne Charlotte, Christina, Aliénor et Dan

Leur prof, Pierre Mauger n'hésite pas à prendre la pose pour aider ses élèves. Formé comme il se doit aux Beaux Arts de Montpellier, au conservatoire et à la fac d'art plastique. Son rêve  devenir dessinateur professionnel de bandes dessinées. Il raffole aussi de Bd américaines et françaises.

Chaque samedi de 10h à 14h, il accueille dans le sous-sol de la librairie Iko Ku plus d'une quinzaine d'élèves. Divisés en deux groupes, le premier c'est les débutant tandis que le second est plus confirmé.

« L'exercice, cette année est  la réalisation des  15 premières pages d'une bande dessinée. Chacun détermine son histoire en y ajoutant sa créativité, ses notions de style, ses proportions, son cheminement de dessinateur mais tout en respectant les étapes de création des pages, des vis-à-vis. A terme, ils sauront comment se construit une bd. » précise le professeur

Mais avant d'arriver à ce résultat, il faudra acquérir des techniques comme les proportions des personnages, l'attitude, l'anatomie, l'émotion. Puis viendra, l'encrage, la perspective, le cadrage, la mise en scène. Suivis de la narration, des bulles, des textes,  de l'agencement des cases pour que le lecteur lise l'histoire sans décrocher. Et enfin, le tramage, ce travail consiste  à nuancer le gris par des superpositions de lignes, des hachures, plus le maillage et fin, plus la zone est opaque. Il y peut être dans ces groupes des graines de futurs auteurs de Bd.

Contact : Pierre Mauger 06 58 14 52 30 - maugerpierre@yahoo.fr - Iko Ku 8 rue Jules Latreilhe 04 67 57 54 23.