26/04/2014

Le talent de Charlotte

005.JPG

Ca décroche, ça accroche au Fairview Coffee, et pour ce mois d’avril c’est Charlotte Brovia, photographe, qui s’y colle.

Elle y dévoile sa série « Envers du décor » qui s’articule autour du thème du cirque.

« J’ai voulu réaliser des portraits de gens du cirque car c’est un milieu qui m’intrigue.  Mais, en effectuant le reportage avec ces derniers, je n’ai pas trouvé ce que recherchais, » précise t’elle.

Sur la pellicule, la jeune photographe fraîchement diplômée de l’école supérieure des métiers artistique (ESMA), a mis en scène sur fond de papier glacé quelqu’un de ses proches.

Les pauses imaginatives participent à la concrétisation d’une vision personnelle aiguisée par une curiosité couplée à une belle inventivité.

Le travail de Charlotte sur l’image donne au grain, un effet que l’on pourrait confondre à de la peinture.

Contact :

charlotte.brovia@gmail.com

charlottebrovia.wix.com/charlottebrovia

Fairview

6 rue Loys

09.80.56.39.39

30/11/2013

Charlotte Quentin : le trait tout en finesse

010.JPG

Charlotte n’aimait pas l’école. En revanche, elle adorait les cours d’arts plastiques du samedi matin.

« J’ai toujours dessiné mais je n’avais pas de techniques. Je faisais ce que je pouvais, » souligne Charlotte Quentin.

Son bac en poche, la jeune femme décide d’approfondir son talent naissant en se dirigeant vers une haute école d’Art en Belgique.

Durant trois années passées à Saint-Luc, elle apprend différents procédés comme la gravure, l’animation, l’infographie, la sémiologie graphique (apprentissage du décryptage d’image) sans oublier la peinture, l’aquarelle et l’encre.

« L’école m’a appris toutes ces méthodes néanmoins on nous dirigeait plus vers l’illustration jeunesse et publicitaire mais cela ne correspondait pas à mes envies. J’avais déjà mon univers. Il m’a fallu cinq ans pour trouver mon écriture graphique, » ajoute la jeune femme.

Elle a toujours préféré le trait au remplissage de couleur. En rencontrant un artiste parisien qui dessine au rotring, Charlotte fût interpellée par le rendu de ces compositions. La particularité du rotring est la finesse du trait et de l’intensité de l’encre de chine. Ce dernier étant capricieux, il ne s’utilise pas sur n’importe quel papier.

« Il s’utilise généralement sur du papier technique à la propriété d’être très lisse et très blanc. Pour réaliser mes dessins, j’ai choisi trois sortes de papiers, le papier couché (lisse), le papier bible (de couleur beige) et enfin le papier de calligraphie japonaise qui me permets de travailler le lavis, » précise t’elle.

La finesse de son trait dans ses réalisations a permis à Léokadie (son pseudonyme) de tracer son chemin dans différents lieux d’expositions notamment chez Mary Cherry (1 rue de l’Université) et chez Cubik (6 rue des Tessiers) où l’on peut admirer son travail.

« Léokadie est mon deuxième prénom, c’est d’origine polonaise. Cela reflète bien ma sensibilité et mon âme slave ».

www.leokadie.com

09/11/2013

Stéphanie Jantzen dit ses émotions en photos

012.JPG

Depuis sa tendre enfance, Stéphanie Jantzen a baigné dans un monde de couleur, de formes, de portraits aux côtés de sa mère artiste peintre.

A treize ans, elle découvre la photographie en participant à des clubs photos où elle apprend les procédés et les techniques comme le développement et le tirage argentique.

A cet instant, la jeune fille choisi son support artistique : la pellicule.

« C’était parti, je voulais vraiment en faire mon métier, » souligne Stéphanie.

Elle se dirige vers un bac audiovisuel. Ce dernier en poche, elle s’envole vers la prestigieuse école américaine d’Atlanta « The Creative Circus ». Elle en sort diplômée trois ans plus tard.

En 1999, elle devient photographe publicitaire à New York en travaillant avec le photographe Howard Schatz puis très vite s’oriente vers la photo documentaire à travers le monde.

Stéphanie se lance dans l’humanitaire et sillonne l’Inde avec des organisations non gouvernementales (ONG). Au passage, elle en profite pour tirer le portrait à des stars de Bollywood.

«L’approche de la photographie humanitaire avec les autochtones est sincère, humaine à l’opposé du tourisme de masse, » ajoute t’-elle. 

Après quatre années passées à Mumbai (Inde), Stéphanie, revient dans le Gard en 2011, d où elle est originaire.

En décembre 2012, elle réalise des reportages documentaires pour le magazine National Géographic dont celui « Sur les pas de Bouddha ».

Cette globetrotteuse accompagne également des passionnés de photographie en voyage et au travers de  ces stages, elle offre sa vision photographique.

« La photographie de voyage raconte en image l’histoire d’un instant. Le photographe transmet et partage par cette image l’émotion vécue.

L’approche du photographe envers le sujet est tout aussi importante que la technique employée. Celle-ci se doit d’être avant tout une approche humaine et respectueuse, » précise la photographe.

Dans son livre « Couleurs de vie », elle dévoile plusieurs de ses clichés emprunts de justesse, de finesse et de couleurs authentiques sans aucune mise en scène.

Une exposition éponyme est à découvrir au Fairview Coffee (6 rue Loys).

 

www.stephaniejantzen.com

stephanie.jantzen@gmail.com

 

08/03/2013

Dialogue contemporain

ecusson, galerie Talbot, eric blanc, photos, expo

Vendredi dernier, la récente galerie Talbot située dans le quartier Sainte-Anne, accueillait pour son vernissage le photographe montpelliérain Eric Blanc.

« Dans mon exposition « Dialogue contemporain », je crée l’espace dans lequel l’homme tout entier est engagé de façon inéluctable. Je montre le corps oublié de la femme, celui qui échappe au désir. Le corps d’une femme qui parle et donne à entendre, ce qui se passe aujourd’hui partout. La relation n’est plus seulement humaine, elle est aussi entre l’homme et les machines (texte de Lili Frikh). » explique Eric Blanc.

Sur sa dizaine de cliché, il a collaboré avec deux artistes acrobates et danseuses qui ont fait corps avec le matériel industriel.

Patrick Couliou, fera découvrir tout le mois mars du mardi au samedi de 14h à 19h.

 

Galerie TALBOT

16 rue Saint Firmin

04.67.58.25.67

 http://www.galerietalbot.com

Eric Blanc

06 13 81 48 27

www.eric-blanc.fr

ericblanc34@gmail.com

 http://lilifrik.blogspot.fr/

29/10/2011

Voyage au coeur de la couleur

01_carine_garcia.jpg

Carine Garcia est Jérôme Derrien proposent une expo photo sur le thème du voyage au cœur de la couleur du Mexique et de la Bolivie.

Au terme d’une aventure de sept mois dans ces pays d’Amérique Latine, ils relatent leur parcours au long d’une série de clichés de décors urbains, sites naturels de la côte Caraïbe à l’Altiplano. Cette exposition en partenariat avec les Gens Magnétiques est à découvrir lors de son vernissage ce soir dès 19h à la boutique Grand Travers et jusqu’au 30 novembre 2011.

 

Grand Travers

7 rue du Bayle

06 87 99 27 16 - 09 53 47 48 74

grandtravers@yahoo.fr - www.grandtravers.net

14/07/2011

Balades photograffiques dans l’Ecusson

slme.jpg

Pour sa quatrième édition, le collectif des 12 singes et son staff graff proposeront le jeudi 14 juillet dès 15h place des Martyrs de la Résistance, une performance « Street-Arts » dans le cadre des balades photograffiques. Ils évolueront ensuite dans les petites rues à la recherche de « graff » qui n’auraient pas encore été effacés.

dessin,graffiti

dessin,graffiti

Tous passionnés de Street-Art, ils ont créée  une communauté qui recense les graffitis (pochoirs, collages, stickers) sur Montpellier. Les graffeurs ont déjà récoltés  plus de 700 photos dans le groupe "Montpell’.

http://collectif12singes.over-blog.com/article-balade-pho...

11:57 Publié dans Photos/Dessins | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : dessin, graffiti |  Facebook | |

13/07/2011

L'oeil de Sophie Petit

002.JPG

Jusqu’au 31 juillet, la Galerie accueille non pas un peintre mais Sophie Petit architecte d’intérieur et décorateur, elle a travaillé en autre au côté d’Andrée Putman.

Au travers d’une série de photos, de croquis, de dessins, elle dévoile son savoir-faire, ses compétences et ses idées géniales pour l’aménagement intérieur. Elle se définit comme « ensemblier », c'est-à-dire qu’elle créée l’histoire de l’appartement en passant par l’ élaboration des plans, l’évolution  des travaux jusqu’à sa livraison.

Elle collabore pour des créations individuelles, avec des artistes, des créateurs mais aussi avec des enseignes comme RBC Mobilier et la boutique Aux Couleurs du Temps pour la confection de meubles, de rideaux, de lampes entre autres exemples.

Visite sur rendez-vous au 06.83.57.13.46

 

La Galerie

1 rue de Ratte

www.sophie-petit.com