Accueil Montpellier Ecusson | Tous les blogs de Montpellier | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


18/05/2012

Historien et "passeur moral", Michaël Iancu veille sur l'institut Maïmonide

003.JPG

L’Institut Maïmonide doit son nom à Moïse Maïmonide (1135-1204), philosophe, médecin, commentateur de la Mishna, jurisconsulte de loi juive. Il fut le dirigeant de la communauté juive d’Egypte. Il excelle dans divers domaines et influence le monde non-juif, notamment Thomas d’Aquin qui le surnomma « l’Aigle de la Synagogue ».

Cette dernière a été fondée en 2000, par Georges Frêche et René-Samuel Sirat grand Rabbin, sous la présidence de Guy Zemmour. Mais aussi à partir de ses racines hébraïques, de son histoire, de la collectivité juive du Moyen Age. Ces hommes ont apporté leurs savoirs antiques qui étaient, en autre la médecine arabe médiévale. Les Juifs ont été des passeurs de cultures entre l’Ibérie musulmane et la chrétienté féodale.

A sa tête depuis le début, Michaël Iancu, qui a à sa charge une noble mission et une belle histoire singulière.  Ce docteur en histoire et historien se définit comme un « passeur moral ». Il a vu le jour dans les Bouches du Rhône, il y a 39 ans. Michaël s’est installé à Montpellier en 1984 où il a suivi un cursus musical au conservatoire ainsi qu’à l’école normale de Paris.

« J’ai beaucoup hésité entre le violon et l’histoire. » confie t’il.

Il programme des cours, des conférences et des séminaires sous forme pratique sans oublier des visites organisées en partenariat avec l’Office de tourisme.

Le but : valoriser et  promouvoir la mémoire de cet endroit unique, d’une part par sa rareté en Europe (seulement 3 mikvés ont été retrouvés). Et d’autre part pour les archéologues car il renferme en son sous sol, un Mikvé, vestige d’un bain rituel datant entre le XIIème et XIIIème siècle. D’ailleurs les fouilles se poursuivent pour comprendre l’articulation entre le Mikvé et de la Synagogue.

La philosophie de ce lieu est d’instruire sur l’histoire et la civilisation du peuple juif, d’instaurer un dialogue interreligieux avec les chrétiens et les musulmans mais aussi de conjuguer les valeurs médiévales.

« Si Montpellier est ce qu’elle est aujourd’hui, c’est en partie grâce à son université, son école de médecine qui a été, au Moyen Age, le tremplin de son développement et de sa liberté de penser. » précise Michaël Iancu.

 

Institut Maïmonide

1 rue de la Barralerie

04.67.02.70.11

maimonide-institut.com