26/04/2014

Le talent de Charlotte

005.JPG

Ca décroche, ça accroche au Fairview Coffee, et pour ce mois d’avril c’est Charlotte Brovia, photographe, qui s’y colle.

Elle y dévoile sa série « Envers du décor » qui s’articule autour du thème du cirque.

« J’ai voulu réaliser des portraits de gens du cirque car c’est un milieu qui m’intrigue.  Mais, en effectuant le reportage avec ces derniers, je n’ai pas trouvé ce que recherchais, » précise t’elle.

Sur la pellicule, la jeune photographe fraîchement diplômée de l’école supérieure des métiers artistique (ESMA), a mis en scène sur fond de papier glacé quelqu’un de ses proches.

Les pauses imaginatives participent à la concrétisation d’une vision personnelle aiguisée par une curiosité couplée à une belle inventivité.

Le travail de Charlotte sur l’image donne au grain, un effet que l’on pourrait confondre à de la peinture.

Contact :

charlotte.brovia@gmail.com

charlottebrovia.wix.com/charlottebrovia

Fairview

6 rue Loys

09.80.56.39.39

09/04/2014

Estelle Deschodt, fine fleur de la pâtisserie

007.JPG

Les cours de pâtisseries d’Estelle Deschodt ne ressemblent à aucun autre. Et pour cause, la jeune femme aime revisiter les vieilles recettes en y ajoutant sa touche Rock n’ Roll.

« La tarte aux citrons, ce n’est pas chez moi !  Prenons par exemple, les cupcakes avec leur côté kitch qui m’amuse beaucoup. Je les modernise, les allègent et je leur donne un côté plus fun, » souligne Estelle.

Depuis quatre ans, ce professeur des écoles en disponibilité, titulaire d’un CAP de pâtisserie, dispense des cours axés sur la culture anglo-saxonne.

« J’aime transmettre pour moi la pâtisserie c’est le partage avec sa note de créativité sans oublier la transgression, ».

Ses cours se déroulent au restaurant le Clandestin (18 rue de la Valfère) les mercredis matin pour les enfants et le soir pour les adultes. Et les samedis matin de 10h30 à 13h, à l’issue du cours les élèves repartent avec leurs préparations.

Ce samedi là, ils étaient huit à se lancer dans l’expérience du brunch new-yorkais dont Louise et Lise (mère et fille).

« Pour nous, c’est une première surtout en pâtisserie car je suis nulle mis à part la traditionnelle tarte aux pommes. Nous participons à ce cours dans le but de nous améliorer sur le côté esthétique mais aussi nous initiés aux nouvelles techniques qui simplifient les pâtisseries maison, » précisent les pâtissières en herbe.

Le prochain cours se déroulera le samedi 12 avril.

Contact et réservations :

06.43.42.24.81

hobo.cakechapel@gmail.com

18/03/2014

Xou, créations et autres curiosités

004.JPG

Xavier Ramel la quarantaine, est un enfant de la balle. Issu d’une famille de forain, son père était clown.

Xavier débute dans le monde du cirque en qualité de baby-sitter dans la compagnie des « Arts Sauts », il poursuivra sa formation artistique dans trois écoles. Il deviendra acrobate. Il terminera sa carrière avec les Ogres de Barback.

Il y a quinze ans avec un pote artiste, il arrachait des affiches à Lyon. Il récupérait dans des granges de vieux cahiers datant des années 20 dont l’écriture était au porte-plume. 

« Entre deux spectacles avec les Ogres, je m’essayais au collage de ces différentes matières et je fus très étonné du rendu en découvrant un sens artistique mais aussi du bon goût au travers de mes premières réalisations. C’était parti, je me lance (sans filet), » ajoute l’artiste.

Il chine de vieux meubles, de vieilles malles de voyages et bien d’autres curiosités, qu’il habille avec élégance de vieilles cartes routières, de pages jaunies de romans, d’illustrés sans oublier les pin-up.

007.JPG

« Je customise également des meubles appartenant à des gens qui souhaitent leurs redonner une seconde vie, » conclut’-il.

Ouvert du mardi au vendredi de 11h30 à 19h et le samedi de 11h30 à 20h.

Xou

9 rue du four des flammes

06.09.82.75.94

16/02/2014

French troc dressing

Le French coffee shop organise le dimanche 23 février à partir de 14h son premier french troc dressing.

Cela consiste à venir avec cinq ou dix articles (vêtements, chaussures, accessoires) et de repartir avec le même nombre de pièces. Ce french troc dressing permet de vider ses placards et de les remplir avec d’autres nouveautés sans dépenser un sou et dans une ambiance 100 % girly.

Uniquement réservé aux filles et sur inscription par mail avant le 20 février :

frenchtrocdressing@gmail.com

French coffee shop

40 rue Saint Guilhem

09.84.09.26.56

 

08/02/2014

Mary Cherry, la passion du cupcake

007.JPG

Situé tout en haut de la rue de l’Université (côté Préfecture), le charmant petit salon de thé Mary Cherry, est entièrement dédié à ce petit gâteau coloré et aromatisé, conçu dans les années 50 par les ménagères américaines.

Pourtant rien ne prédestinait Mary Godoffe, licenciée en langues étrangères appliquées à se consacrer pleinement à ces gourmandises anglo-saxonnes.

« Pendant mes études, je confectionnais des cupcakes, cheesecakes, cookies, cakes pops et autres pâtisseries pour différentes enseignes. Constatant, une forte demande, avec mon associé Alexandre Le Quere nous avons décidé de nous lancer en créant la société Mary Cherry. Pendant près d’un an de recherche, nous avons enfin trouvé l’endroit idéal, » précise Mary.

Ce local tant attendu, se décline sur deux niveaux. A l’étage, la mezzanine est meublée de canapés et de fauteuils tandis qu’en bas le mobilier a été chiné ou fabriqué maison.

Ce cupcake shop organise également différents événements comme des vernissages, expositions, vide-dressing, ateliers et plus récemment un marché de Noël.

« Tous les deux mois, nous laissons libre court à des artistes pour la décoration de notre vitrine, » ajoute Mary.

Côté salé, la jeune femme prépare chaque midi, une soupe de légumes maison qui change tous les jours de la semaine.

Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 19h et du samedi au dimanche de 13h à 19h.

 

Mary Cherry

1 rue de l’Université

04.67.57.68.01

contact@marycherry.fr

26/01/2014

Le plaisir d'écrire offert en cadeau

004.JPG

Ca s’anime, chaque mardi matin dans le local des Amoureux de Candolle. Monique Serot Chaïbi s’affaire à la préparation du café et du thé en attendant ses premières participantes qui assistent à son atelier d’écriture.

Retraitée des assurances, Monique est une passionnée de lecture et d’écriture. D’ ailleurs, elle a écrit une pièce de théâtre qui sera jouée prochainement dans le clapas.

« C’est en participant à un atelier d’écriture dispensé par l’association Coup de Soleil que mon professeur a retenu mon texte, » souligne Monique.

Bien ancrée dans le tissu associatif, elle fait également partie de l’association France Palestine Solidarité dont la mission est de recevoir de jeunes palestiniens et de les mettre en contact culturel avec des jeunes d’ici en passant par différents projets comme  le chant, l’écriture et le théâtre notamment.

Avec les amoureux de Candolle, elle anime chaque mardi un atelier d’écriture de 9h30 à 12h30.

« Ces ateliers non rien de scolaire. Je prépare le matin même mon sujet pour justement ne pas avoir un avantage. De plus, je n’impose rien à mes participantes, je leur soumets des propositions auxquelles je rajoute des contraintes. Par exemple, ce matin le sujet sera le thème d’une recette « façon cuisine » de l’amour avec une version réussie et une autre ratée. En général, nous travaillons trois exercices par matinée, » ajoute l’animatrice.

Au cours de l’année, différentes formes d’écriture seront abordées comme le théâtre, le scénario, le conte et la nouvelle.

Manon, surveillante dans un collège et Camille, étudiante en anglais participent régulièrement à cet atelier.

« Ces ateliers sont variés, on travaille sur différentes choses dans une ambiance conviviale. Cela apporte beaucoup de travailler dans la spontanéité. On apprend énormément sur soi même et sur les autres, » précise Manon.

« Je trouve cela enrichissant car j’écris déjà de mon côté de petites ébauches. Quand je suis bloquée sur mon texte où dans mes idées, l’atelier me permet d’ouvrir « les portes » auxquelles je n’avais pas pensé. Les fameuses contraintes de Monique sont génératrices d’idées, elles les synthétisent. Ecrire pour moi, c’est transmettre un message, ce n’est jamais futile et ça peut surprendre les gens, » renchérit l’étudiante.

Un atelier d’écriture est une forme de résistance aujourd’hui, à l’heure où l’on écrit de moins en moins et que notre belle langue française perd du terrain.

Local des amoureux de Candolle

19 rue Lallemand

Monique Serot Chaïbi : 06.64.89.27.71

15/01/2014

L'Atypik cherche à cultiver le sens du bon goût, des produits locaux

026.JPG

L’Atypik est un nouveau restaurant situé entre la place de la Canourgue et l’ancien palais de justice.

Pierre-Henri Combet la vingtaine bien fringante, est déjà bien aguerri dans le métier de la restauration avec cinq années passées en cuisine et quatre autres dans le service. Il souhaitait apporté sa touche gourmande dans ce quartier où il a grandit.

Sa cuisine lui ressemble. Depuis toujours il a observé sa maman et sa grand-mère derrière les fourneaux. A cet héritage, il a ajouté sa personnalité.

« J’avais envie de me concentrer essentiellement sur la qualité des produits et leurs confections en proposant une carte éphémère qui est renouvelée chaque mois et pensée avec des produits de saison. Le tout servi dans une ambiance décomplexée et dans un cadre coloré, chaleureux… et atypique, » souligne Pierre-Henri.

Quelques plats pour vous mettre l’eau à la bouche : tarte tatin aux endives et bleu d’Auvergne, caramélisée, filet de dorade grise au muesli de fruits secs, gratin dauphinois au safran ou bien encore petits biscuits au potimarron et chocolat, verre de lait vanillé.

Ouvert du lundi au vendredi de 12h à 14h et de 19h15 à 22h45. Le samedi de 19h30 à 23h. Ouverture prévue le dimanche à partir du mois d’avril.

L’Atypik

15 rue Jean-Jacques Rousseau

04.67.02.42.85

www.latypikresto.fr